02 mars 2007

complexés ?

Les journalistes cubains manqueraient-ils de confiance en eux ?
Un ami m’a raconté cette scène surréaliste dans le JT du soir il y a quelques jours : le présentateur vedette conclut le lancement d'un sujet par ces mots : « … et ce que je viens de vous dire, n’allez pas croire que c'est moi qui l'ai inventé : c’est le Washington Post qui le dit » ("y no piensen que son mentiras mías : lo dice el Washington Post !").
Que les médias officiels cubains se sentent obligés d'appuyer leur crédibilité sur les journaux de l’ennemi, critiqué à longueur de bulletins, voilà qui est paradoxal, non?
Ca me fait penser au festival de rediffusions étrangères auquel nous avons eu droit mercredi, au lendemain de la conversation téléphonique entre Fidel Castro et Hugo Chavez : la nouvelle du jour, ce n'était pas la conversation, c'était "la répercussion dans les médias internationaux de la conversation historique entre les deux présidents". A suivi pendant dix minutes une retransmission ininterrompue de reportages édités de CNN, TVE, de captures d'écran des agences de presse, etc.
Si ce qui est crédible, ce qui donne du poids, c'est ce qui se dit à l'étranger, pourquoi avoir renvoyé trois journalistes étrangers la semaine dernière?

6 commentaires:

Cookie a dit…

Tout à fait paradoxal en effet... Sinonb, j'aimerais savoir, à part "les médias du monde entier ont parlé de la conversation de Fidel et de Chavez", qu'ont dit les médias cubains de cette conversation ? Qu'en penses-tu, toi ?

jean-frederic a dit…

Pas si paradoxal: à force de s’entendre dire (avec raison probablement) que la presse est manipulée, censurée, je comprends qu’on ait envie de convaincre. Je voudrais revenir sur Exils Interieurs. J’ai passé du temps dans la sierra Maestra seul, sans conseillers politiques, vu des gens "pauvres", des baraques dans des coins perdus, SANS route viable, alimentées par des panneaux solaires, avec télé, ordi et internet, deux jeunes institutrices et une douzaine de momes impeccables, propres, sains et polis. J’ai vu une charmante jf infimière dans la baraque d’à coté encourager un vieux grandpère allongé sur un lit de parturiente, consulter un specialiste de Santiago par walkie-talkie, j’ai vu une pompe à eau, des cultures hydroponiques, des bananeraies, des poules en bonne santé, des cochons noirs, des sourires, de si beaux sourires... I have a dream: j’aimerais tant qu’on arrive un jour à ce niveau de pauvreté dans certains coins du Québec. Avec un peu de soleil de l’Oriente, évidemment!
jfk

Anonyme a dit…

Je me pose une question...

Comment fais-tu, Tortue, pour maintenir une distance critique alors que tu baignes dans la propagande constamment?
En tant que ressortissante d'un autre pays, en tant que tu n'as peut-être pas droit d'aller dans certains lieux, que les noticias ne donnent qu'un horizon rétréci, comment arrives-tu à garder tes distances?

carmen a dit…

Notre chère Tortue est un regard acerbe....voilà pourquoi elle voit toujours tout de façon décalée...par ailleurs tout ne dépend pas de la propagande: quand on bosse pour les médias on a accès à d'autres sources d'info, notamment internet, et puis la propagande marche quand on a été socialisé dedans (et même pas tout le temps d'ailleurs non??), bref tout est tellement kafkaien à Cuba en plus, absurde, que mêmes les cubains ont une distance délirante...un ami m'a un jour dit, si on te raconte une histoire à moitié folle à Cuba tu peux la croire à moitié, si on te raconte une histoire complètement invraisemblable tu peux être sûr que c'est vrai....la rumeur et les blagues ont de beaux jours devant elles.....

Carla a dit…

Sacré JFK, va, tu m'as bien fait rire ce matin !!
Ainsi donc, tu aimerais que ton beau pays (ok, "province", si tu veux, ne me lacère pas !), l'un des plus prospères, modernes et démocratiques du monde, ressemble à Cuba ? Est-ce de l'ignorance, de la naïveté ou du cynisme ?
Ah, les cochons noirs de la Sierra Maestra !!! Tiens, on fait un deal : tu vas vivre là-bas et on récupère, nous, les intellectuels emprisonnés lors de la dernière rafle, ça te tente, dis ?

mitambor a dit…

Tocaya, il faudrait savoir qu'est-ce que l'a fait cette infirmière à JFK (attentat?) jusqu'au point qu'il voie des hallutinations "toutes saines".