31 août 2006

les chasse-neiges

Dans la vitrine, celle d’un des magasins les mieux fournis en informatique de la capitale (mais le niveau général est bas…), aucun clavier qwerty ou azerty. Dommage. Par contre, deux claviers d’ordinateur en arabe. Leur prix ? Une véritable affaire, comme le précise une étiquette en forme d’étincelle : 58 dollars, au lieu des 116 initiaux, pour ces claviers à l'ancienne, version fil et PS/2. Je regarde avec perplexité ces ovnis.
Le vendeur se marre : «Vous avez entendu parler de l’histoire des chasse-neiges ?» Oui, j’en ai entendu parler, mais sans savoir si c'est une blague ou non : dans les années soixante, un bureaucrate du ministère des importations aurait acheté une dizaine de chasse-neiges parce qu’ils étaient vraiment à un bon prix, et qu'ils étaient vendus par un "pays frère", dans le cadre du CAEM.
Ce n’est qu’une fois les machines arrivées dans l’île que certains auraient commencé à questionner la pertinence de l'achat, dans un pays tropical qui n’a jamais connu la neige, ou alors il y a vraiment, vraiment longtemps. Mais l’achat était fait.
Un peu dans le même esprit bureaucratique, l’an dernier Cuba a acheté douze locomotives à la Chine. Ca devait rénover le parc ferroviaire de l’île. On en a beaucoup entendu parler, les journaux ont souligné à cette occasion les liens éternels entre Cuba et la Chine, Fidel Castro est même allé les recevoir à leur arrivée au port, insistant sur leur bas prix et les économies qu'elles permettraient. Mais depuis, le silence.
En fait, il paraît que les douze locomotives sont à l’arrêt, le parc ferroviaire reste vétuste. Et pour cause : les locomotives seraient trop lourdes pour le chemin de fer cubain, elles cassent les rails dans les virages, ce n’est pas possible de les faire rouler. Admettons que ces choses-là arrivent, mais comment est-ce possible que des experts n'aient justement pas été mandatés pour s'assurer de ces aspects techniques, essentiels ? Et pourquoi la presse nationale ne parle pas de cela, ce qui aurait au moins une valeur de contre-exemple dans le futur?
Face aux claviers exotiques, le vendeur de la boutique est résigné : « Il a dû y avoir une erreur dans la commande, et voilà ». La probabilité pour que quelqu'un ici ait un jour besoin d'un clavier arabe ET qu'il ait l'idée de venir le chercher dans ce magasin, au rayon des offres spéciales, ET qu'il soit prêt pour ça à dépenser 58 dollars… comment dire, cette probabilité est presque égale à zéro.
Un peu plus loin, je regarde avec étonnement de petits boitiers blancs, avec des fils électriques et des vis chromées, sans autre explication que leur aspect passe-partout. Ils sont également en offre spéciale -relative. Le vendeur m’explique qu’ils servent à se brancher sur le moteur, pour réduire le bruit ou les interférences, dans une voiture. Je ne comprends pas bien l’explication, mais d’après lui, il s’agit d’un objet qui ne s’utilise jamais. Or, là, il y en a bien une dizaine : «J’imagine que le gérant du magasin a dû en avoir besoin un jour, et qu’il a tout simplement passé la commande à travers les stocks du magasin». Aussi simple que ça. Si c’est effectivement comme ça que ça fonctionne, cela expliquerait de nombreux surréalismes dans l’approvisionnement des boutiques cubaines.

6 commentaires:

Lawrence a dit…

Je viens de découvrir votre blog, et de le lister.
Merci beaucoup pour le dépaysement!

Florent Maurin a dit…

Miss (je sais pas si j'ai le droit d'écrire ton nom !), j'adore ce blog.
Je ne sais pas s je te l'avais déjà dit, voilà, c'est desormais fait.
Et puis tu auras peut-être dans quelques jours des nouvelles d'une amie à moi qui vient se ressourcer chez tonton Fidel.

thomas a dit…

bravo la tortue (cf. gros forum) !

Bérangère a dit…

Toujours beaucoup de plaisir à te lire, j'aime bien le coup de locomotives, c'est ubuesque! Voilà j'ai quitté Singapour et suis à Jérusalem. Pas tout à fait la même ambiance...Comme Florent, j'ai aussi des amis qui viennent de quitter S'pore pour la Havane. Je leur ai donné l'adresse de ton blog. A très bientôt !

virginie a dit…

Bonjour,
je suis arrivée à votre blog par l'article publié hier (6 septembre) dans le monde. Je suis rentrée il y a une semaine de mon premier voyage à Cuba et je suis rentrée surprise. Favorablement surprise. Je l'imaginais bien différente.

maltretti a dit…

Sniff !
je suis triste ... tu écris si joliment la vie quotidienne .. je n'ai pu te lire depuis .. le 30 août ...
t'es en vacances la tortue ?